Les études économiques ont pour objectif de donner au lecteur une vue d’ensemble macroéconomique ainsi qu’un inventaire des secteurs porteurs en termes d’exportation.  Elles répertorient également les secteurs clés qui offrent des opportunités importantes pour nos entreprises exportatrices belges.
  • Regardez également l'interview avec S.E. Michael M. Adler, Ambassadeur des États-Unis d’Amérique en Belgique, relative à la mission aux États-Unis en juin 2022 :

    Remote video URL
  • Étude économique Inde (novembre 2013)

    L’Inde figure parmi les économies qui connaissent la croissance la plus rapide au monde. Grâce à une moyenne de 8 % sur une base annuelle au cours des deux dernières décennies, elle fait partie du « club » des 5 pays BRICS, un des moteurs de l’économie mondiale.

    Le XIIe programme politique quinquennal (2012-2017), fondé sur le mantra « faster, sustainable and more inclusive growth » définit des objectifs ambitieux en termes d’investissements, dont la réalisation doit être confiée en grande partie au secteur privé national et étranger. L’accent est mis sur certains secteurs-clés, comme les infrastructures et l’énergie. L’Inde mise par ailleurs sur une croissance inclusive, qui devrait être dopée par l’évolution du pouvoir d’achat.

    Selon les observateurs, l’Inde continuera à jouer son rôle de locomotive de l’économie mondiale. Il va sans dire que cette perspective ouvre des opportunités d'affaires considérables pour nos entreprises belges.

    A l’occasion de la mission économique conjointe en Inde (23-29 novembre 2013), l’Agence pour le Commerce extérieur a publié une étude « pays » dont la première partie est consacrée à la situation macroéconomique de l’Inde, alors que le deuxième chapitre constitue une analyse de cinq domaines dynamiques présentant de nombreuses possibilités commerciales : cleantech et énergies renouvelables, soins de santé et pharma, diamants, infrastructures et télécommunications. Elle aborde ensuite quelques réussites récentes de sociétés belges en Inde.

  • Étude économique Indonésie (février 2016)

    16e puissance économique mondiale, l’Indonésie présente un potentiel intéressant pour nos exportateurs et nos investisseurs. Elle fait partie de ces nations émergentes qui prennent la relève des pays BRICS.  Malgré un ralentissement observé depuis plusieurs années, sa croissance affiche toujours un niveau considérable de 5% en 2015, assorti de perspectives optimistes pour les années futures.

    Sa structure démographique en fait un marché alléchant. Quatrième pays le plus peuplé au monde, l’Indonésie est dotée d’une population jeune et d’une classe moyenne en forte progression. Elle abonde en outre de richesses naturelles agricoles et minérales. L'archipel aspire à se diversifier en passant d’une économie dépendante de ses exportations de matières premières à une économie privilégiant la transformation de celles-ci en produits à plus haute valeur ajoutée.

    La suppression des subventions sur le carburant a permis au gouvernement du Président Widodo de réallouer le budget ainsi épargné à la rénovation des infrastructures du pays, au développement des énergies renouvelables, à la redynamisation du secteur maritime ainsi qu’à l’optimisation de l’accessibilité à l’enseignement et aux soins de santé.

    A l’occasion de la mission économique conjointe qui se déroulera en Indonésie du 12 au 19 mars 2016, l’Agence pour le Commerce extérieur a publié une étude pays. La première partie analyse la situation macroéconomique du pays, alors que la seconde se penche sur les secteurs les plus dynamiques : les infrastructures, l’énergie, les cleantech et le secteur maritime.

  • Étude économique Japon (décembre 2022)

    Troisième économie mondiale après les États-Unis et la Chine, le Japon possède de nombreux atouts. Le Japon est un grand exportateur de véhicules, de machines, d'électronique et de robotique. Le pays dispose d'infrastructures modernes, d'un vaste marché de consommateurs avec une population de 126 millions d'habitants, de réserves d'épargne très élevées, d'un faible taux de chômage et d'un haut degré de stabilité.

    Après l’impact négatif de la crise du COVID-19 sur les dépenses de consommation, les exportations et le tourisme entrant en 2020, la croissance du PIB réel s’est rétablie en 2021. Elle devrait se maintenir dans les années à venir grâce à une couverture vaccinale élevée, au maintien de mesures économiques fortes et à un taux d’inflation stable. De plus, les investissements devraient également repartir à la hausse.

    C'est dans ce contexte que l'Agence pour le Commerce extérieur, avec ses partenaires le SPF Affaires étrangères, l’AWEX, hub.brussels et Flanders Investment & Trade, organise une mission économique conjointe au Japon (Tokyo, Nagoya, Osaka et Kyoto) du 5 au 9 décembre 2022, sous la Présidence de S.A.R. la Princesse Astrid, Représentante de Sa Majesté le Roi.

    Etude macroéconomique et sectorielle de l'économie japonaise.

  • Regardez également les interviews relatives à la mission au Japon en décembre 2022 :

    Interview avec S.E. Makita Shimokawa, Ambassadeur de Japon en Belgique (novembre 2022):

    Remote video URL

     

    Interview avec S.E. Roxane de Bilderling, Ambassadeur de Belgique au Japon (novembre 2022):

    Remote video URL